Accueil
Numéro en cours
Projet éditorial
Partenaires
Éditions et formats
Contacts
Première série
depuis 1996
Seconde série
depuis 2018
Comité éditorial
Comité de lecture
Dossiers thématiques
Appel permanent
Conditions
Proposer...
Un article de recherche
Un point de vue
Une réponse
Une recension
Un dossier
Normes et instructions
Commander
Reproduire
Traduire
Comment ne pas
citer les Cahiers

Parutions et AAC

Présentation

Fondés à Lille en 1995, les Cahiers du journalisme s’inspiraient notamment de l’hypothèse, énoncée par Pierre Bourdieu dans le premier article de la revue, selon laquelle « le progrès de la connaissance des contraintes qui pèsent sur les journalistes et la diffusion de cette connaissance ne pourraient que faire progresser la liberté des journalistes, c'est-à-dire leur volonté et surtout leur capacité de résister réellement aux mécanismes qui déterminent leur pratique professionnelle. » (Bourdieu, 1996, p. 19).

Ils ont depuis lors publié, sous la direction éditoriale de Thierry Watine, près de 400 articles, la plupart articulés autour de dossiers thématiques, qui émanaient aussi bien des chercheurs les plus reconnus dans ce domaine que de jeunes chercheurs, mais aussi de journalistes engagés dans l’approfondissement conceptuel et prospectif de leur métier.

Au terme de plus de vingt années dédiées au développement des analyses et des recherches sur le journalisme et au renforcement des échanges entre universitaires et professionnels dans l’ensemble de la francophonie, la revue a interrompu sa parution pour prendre le temps de se réinventer.

La nouvelle série, dirigée par Bertrand Labasse, jumelle désormais deux revues distinctes mais étroitement complémentaires : Les Cahiers du journalisme - Débats et Les Cahiers du journalisme - Recherches. Elle vise ainsi à poursuivre la vocation fondamentale de la revue - être très largement ouverte aux différentes approches du journalisme - sans pour autant méconnaître les spécificités qui font la valeur respective des essais et des recherches.



Politique éditoriale

La division des Cahiers du journalisme entre Débats et Recherches n’implique aucune division a priori entre les statuts professionnels des auteurs. Mais si les deux composantes sont ouvertes à tous, elles correspondent à des critères de publication différents.


▶ Les Cahiers du Journalisme - Débats accueillent des articles de réflexion, d’analyse ou d’opinion sur tel ou tel aspect important ou stimulant du journalisme actuel, passé ou futur. Leur publication relève d’une décision éditoriale, fondée sur l’intérêt des propositions soumises et la substance de leur argumentation. Leur sélection n’implique donc ni approbation ni improbation de la revue sur le fond, mais, comme le suggère l’intitulé « Débats », des textes en réponse sont aussi accueillis avec plaisir. [voir la page soumissions : débats]


▶ Les Cahiers du journalisme - Recherches publient des articles scientifiques rendant compte d’une recherche théorique ou empirique méthodologiquement solide. Les travaux théoriques appuyés sur des fondements empiriques et les recherches de terrain témoignant d’un effort d’induction théorique sont particulièrement bienvenus. Les réponses à des textes préalablement publiés sont également reçues avec intérêt.

Les textes retenus pour évaluation par les responsables de la revue - ou par les éditeurs invités responsables d’un dossier thématique - sont soumis anonymement à l’examen de spécialistes dont le nombre varie de deux à quatre, voire plus, en fonction de l’expertise requise et de la nature de l’article. [voir la page soumissions : recherches]


Dans l’une et l’autre section, les critères de publication privilégient la consistance de la documentation, la qualité du raisonnement, la clarté du propos et, bien sûr, son intérêt. En revanche, la conformité de l’argumentation avec les opinions éventuelles des responsables éditoriaux ou leurs affinités théoriques n’entre pas en ligne de compte : Les Cahiers du journalisme ne se réclamant d’aucune chapelle ou école de pensée particulière (au-delà des principes de rigueur et de modération généralement admis), les auteurs sont en droit de s’attendre à un processus d’évaluation et d’édition exigeant mais impartial.